Deuxime petit dŽjeuner-dŽbat de la sŽrie Ç Une autre Žcole est possible È

samedi 07/03/09 : Ç (R)Žvolution de l'Žvaluation.  

(prop)osons des co-Žvaluations, des auto-Žvaluations, des Žvaluations constructives,  des Žvaluations valorisantes pour l'enfant...È

Rencontre ˆ l'Žcole maternelle de MŽnilmontant d'une cinquantaine de personnes de  plusieurs Žcoles du XXme (MŽnilmontant, Vitruve, Lesseps, PyrŽnŽes, Dumas, Amandier), mais aussi de Bolivar (15me), Voltaire (11me), Emile Lepeu (2me). 

Comme la dernire fois1, une Žcole ouvre ses portes et accueille enseignants et parents pour Žchanger sur les pratiques d'une Žcole diffŽrente en partant du constat selon lequel ni les rŽformes actuelles, ni le systme Žducatif d'aujourd'hui ne sont satisfaisants. L'enjeu est de Ç R ÈŽtablir le dŽbat autour de plusieurs thmes o chacun est acteur.  

La rencontre a commencŽ par un tour de table au cours duquel les personnes prŽsentes ont exprimŽ au prŽalable un certain nombre de questionnements. Puis nous nous sommes divisŽs en 3 groupes mixtes (en termes d'Žcoles d'origine et de statut enseignant/parent) pour discuter enfin nous nous sommes retrouvŽs pour rendre compte des rŽflexions de chaque groupe. Celles-ci ont portŽ autour des points suivants.

A quoi sert l'Žvaluation ?

Qu'attend-on des Žvaluations? S'agit-il de donner des points de repres aux parents, d'identifier les richesses et les amŽliorations possibles de l'enfant ? Ou bien s'agit-il plut™t de trier les enfants ? S'agit-il d'aider les enfants ˆ progresser ? Il semble que les Žvaluations mettent plut™t en exergue les aspects nŽgatifs que positifs, et deviennent frŽquemment des outils de sanction ou de rŽcompense. On observe actuellement une course ˆ l'Žvaluation, qui par ailleurs se reproduit dans le monde du travail aujourd'hui. Une Žvaluation peut participer ˆ l'Žpanouissement de l'enfant quand l'objectif est de permettre une amŽlioration des compŽtences, notamment basŽe sur l'entraide entre enfants. Par ailleurs l'Žvaluation a tendance ˆ dŽvaloriser la richesse de l'erreur.

Il faut peut-tre diffŽrencier le positionnement et l'Žvaluation, le premier Žtant l'occasion de se positionner dans ses progrs, son savoir, le second, par rapport ˆ des savoirs ˆ acquŽrir.

Il faut donc bien rŽflŽchir aux objectifs rŽels d'une Žvaluation.

Comment l'Žvaluation est-elle transmise aux parents ?

L'Žvaluation dans sa forme classique (notes, livretsÉ) est perue comme une fuite devant la communication, une manire pour les enseignants de ne pas parler directement, avec des mots, aux parents de leur enfant. Il arrive que les Žvaluations soient maladroitement communiquŽes aux parents au point d'tre traumatisantes car stigmatisant l'enfant, lui fermant toute possibilitŽ d'Žvolution. Il appara”t qu'un bilan rŽdigŽ stigmatise dŽjˆ moins que des notes. Il y a donc des marges de progrs en termes de transmission des Žvaluations aux enfants et aux parents.

Quels sont les critres de l'Žvaluation ? 

Une Žvaluation nŽcessite d'Žtablir des critres prŽcis et intelligibles. Il est de coutume, et plus facile, d'Žtablir des critres quantitatifs et facilement vŽrifiables : connaissance des tables de multiplications, ma”trise d'une conjugaison, nombre de fautes dans une dictŽeÉ, plut™t que de mesurer des savoirs-vivre : r™le dans le groupe, rapport ˆ la citoyennetŽ, ou encore que de valoriser l'implication dans l'apprentissage, le plaisir d'apprendre.

De manire gŽnŽrale, les critres d'Žvaluation doivent tre compris par tous, notamment les parents et les enfants, ce qui est loin d'tre toujours le cas.

Des Žvaluations cohŽrentes ˆ quelle Žchelle ?

S'il semble intŽressant de mener des Žvaluations cohŽrentes dans une mme Žcole, en revanche ˆ l'Žchelle nationale il semble vain de vouloir comparer les enfants et les Žcoles sur la base d'une simple Žvaluation unique, car elle sera menŽe de manire diffŽrente dans chaque Žcole et probablement inadaptŽe ˆ la singularitŽ des Žcoles en termes de critres.

Quelle forme vaut-il mieux donner ˆ l'Žvaluation pour qu'elle soit au service de l'enfant ?

Les notes n'ont aucun intŽrt selon l'opinion des parents, et sont plus dŽvastatrices que constructrices. Elles ont tendance ˆ inciter ˆ la compŽtition entre enfants et ˆ figer les enfants dans des r™les de Ç bons È ou de Ç mauvais È. Les apprŽciations ne sont intŽressantes que si elles sont accompagnŽes de commentaires si possible oraux. La notion de progression est un ŽlŽment intŽressant dans le suivi de l'enfant. Le livret  a un effet dŽvastateur si celui-ci n'est pas partagŽ et commentŽ entre enseignants et parents. L'estime de soi peut tre attaquŽe par l'Žvaluation classique.

On a tendance ˆ reproduire le systme des notes car on en vient (course ˆ la fŽlicitation). L'incapacitŽ ˆ changer reflte celui d'une sociŽtŽ incapable de changer son systme d'Žducation.

Le systme de l'auto-Žvaluation trimestrielle sans note pratiquŽ ˆ Vitruve et dans d'autres Žcoles et discutŽ entre l'instit et l'enfant permet ˆ chacun y compris l'enfant de situer celui-ci dans son apprentissage. Il s'agit d'un systme donnant lieu ˆ une Žvaluation croisŽe de l'enfant et de l'instit, sur papier, transmise aux parents par l'enfant. Parents et instit peuvent se rencontrer pour en discuter. Il n'y a pas de notes, ni de lettres, ni de bonhommes souriant ou f‰chŽs mais, par rapport ˆ chaque critre (adaptŽ ˆ la classe) des cases Ç oui È, Ç un peu È ou Ç non È. Ces Žvaluations portent ˆ la fois sur des savoirs, sur des savoirs-faire et sur des savoir tre individuels mais aussi collectifs, l'un n'allant pas sans l'autre. Certains items permettent de valoriser l'investissement dans le travail (un enfant en facilitŽ peut aussi ne pas s'investir dans son travail). La logique de ce systme est de considŽrer l'enfant comme acteur de sa vie.

Au final, l'Žvaluation est considŽrŽe comme utile, non pas en tant qu'outil de tri mais en tant qu'outil de progrs et d'accompagnement. Elle devrait nŽanmoins tre partagŽe entre les diffŽrentes parties (enfants, parents, instits, classe) et si possible cohŽrente dans une mme Žcole. Elle ne devrait pas trop prendre sur le temps dŽdiŽ aux enfants et ne pas donner lieu ˆ des notes. Elle devrait plus porter sur le qualitatif que sur le quantitatif.